Témoignage : J’ai choisi de quitter mon mari

Image d'une famille qui se sépare
Choisir de quitter la personne avec qui l’on a partagé tant d’années sous le même toit n’est pas une mince décision. Encore plus quand il y a des enfants. Peu importe les raisons de ce départ, il y a tout un tas de questions qui tournent en boucle avant de sauter le pas. Ensuite, une autre vie commence. Sabrina, 36 ans, a accepté de témoigner pour partager son expérience et nous expliquer pourquoi elle a choisi de quitter son mari après des années de vie commune.

Depuis combien de temps étais-tu avec ton mari/conjoint ? Combien d’enfants avez-vous ?
Nous étions ensemble depuis 17 ans et 4 ans de mariage.  Nous avons deux enfants.

Quel âge avaient les enfants au moment de la séparation ?
9 ans et 3 ans.

Quel a été l’élément déclencheur qui a fait que tu envisageais la séparation ?
Quand on est mariée à un artisan, on s’attend à avoir des hauts et des bas niveau professionnel : une année glorieuse, une autre un peu moins. Mais quand les dettes s’accumulent pendant des mois, que l’on voit son mari sur le canapé en train de jouer à la console quand on rentre le soir, toute la nuit, qu’il ne se bouge pas pour trouver une solution, laisse sa société couler, ne se préoccupe pas du lendemain, comment nourrir ses enfants, prétextant une soi disant dépression. Pour moi un homme qui prend soin de sa famille, est une personne sur qui on peut compter. Ce n’était plus le cas. La pensée d’une séparation s’est faite petit à petit. Un jour, on s’aperçoit que l’on ne supporte plus rien venant de lui : sa façon de parler, de manger, de respirer… Toutes ces choses insignifiantes deviennent agaçantes.

Est-ce une décision difficile à prendre ?
Je n’ai pas eu de décision à prendre. Je n’ai jamais eu l’impression d’en prendre. Tous les événements dans ma vie ce sont passés comme une évidence. Je savais qu’on allait se séparer un jour ou l’autre. Je savais que ça allait se passer naturellement sans y réfléchir vraiment.

Comment lui as-tu annoncé ?
Un jour, il en a eu marre de me sentir absente, du manque de rapports entre nous. Il m’a parlé de son envie de se séparer. Cela me paraissait normal, évident. J’ai approuvé sans savoir que de son côté c’était un test pour me faire réagir. Il a eu raison, son action m’a fait réagir mais pas dans le sens qu’il aurait voulu.

Comment a t’il pris ta décision ?
Il y a eu des cris, des pleurs, des discussions qui tournaient en rond, de la haine dans ses yeux. Son souhait était que je souffre autant qu’il a souffert. Il a fait des propositions pour qu’on se remette ensemble. Mais pour moi la décision était prise et je n’avais jamais été aussi sûre de moi malgré mon mal être d’être la responsable de sa tristesse.

Avant de prendre cette décision : as-tu réfléchi aux conséquences, sur ce qui allait changer dans ta vie ? (élever un enfant seul, financièrement…)
Je n’y ai pas réfléchi, peut-être par égoïsme. Ma philosophie de vie est représentée par l’expression “on verra”. Après, ma situation est différente vu qu’il m’apportait plus de dettes qu’autre chose. Il est parti chez des amis quelques mois et je n’ai vu aucun changement dans ma vie de tous les jours. J’arrivais très bien à m’organiser avec les enfants, financièrement… J’étais plus heureuse à gérer mon temps et celui de mes enfants seule.

Comment vos enfants ont-ils vécu cette séparation ?
D’après moi, ils l’ont bien vécu. Je pense que je le saurai plus tard, au moment du cap difficile de l’adolescence. Pour mon fils, il se dit qu’il a deux fois plus de cadeaux, de vacances, plus d’attention, plus de sorties. Une nouvelle maison plus proche de ses copains. Mon fils est un petit garçon qui ne parle pas beaucoup et il est difficile de savoir ce qu’il ressent. Je lui ai beaucoup parlé sans pour autant avoir de retour de sa part. Mais je pense que s’il avait été affecté, je l’aurais vu sur ses résultats scolaires qui restent excellents. Ma fille est encore petite. Elle me parle beaucoup plus de l’ancienne maison que de la séparation en elle-même. Pour l’instant je n’ai pas à me plaindre. Il suffit juste d’expliquer honnêtement avec des mots qu’ils comprennent sans leur cacher les choses. 

Quel rythme de garde avez-vous choisi ?
Un peu au bon vouloir de monsieur. Nous n’avons pas encore entamé la procédure de divorce. Nous attendions qu’il n’y ait plus de biens en commun pour cela. Malheureusement, il a un peu abandonné les enfants. Oui j’utilise le mot abandonner car c’est vraiment ce que je ressens. Il n’a jamais le temps, jamais d’argent pour les recevoir. De mon côté je n’ai pas le choix, il y a des mois difficiles mais j’assume. Je ne vais pas leur dire “ah bah je ne vous garde pas j’ai pas de sous”.

Avez-vous gardé de bons rapports ?
Les débuts ont été difficiles. Des prises de tête pour la vente de la maison, des futilités. Je suis quelqu’un de très cool et je laisse couler beaucoup de choses. Mes copines ne me comprennent pas toujours. Celles qui se sont séparées font la guerre avec leur ex, ne s’adressent plus la parole, leur réclame le moindre centime par texto uniquement en les traitant de “connards” toutes les 5 minutes. Je n’arrive pas à comprendre comment cet être qu’elles ont aimé d’un amour aussi fort puisse devenir si bas dans leur yeux ? Comment l’amour peut se transformer en haine à ce point ? Je peux dire qu’aujourd’hui nous avons de bons rapports. Surtout depuis qu’il a refait sa vie avec une femme très bien, que les enfants apprécient.

Regrettes-tu ta décision ?
Oh que non ! Une nouvelle vie s’offre à moi et je ne regretterai jamais mon passé.

Merci à Sabrina pour ce témoignage.
Le prénom a été modifié pour préserver l’anonymat de la personne.

 

[Total : 2    Moyenne : 5/5]
Written By
More from Julie

Le Préhistoparc où comment découvrir la vie quotidienne de nos ancêtres

Vous êtes en vacances en Dordogne et plus précisément dans le Périgord...
Read More

2 Comments

  • Hello,

    J’aime beaucoup l’idée de l’article même si selon moi il manque la vision du mari pour essayer de comprendre les choses. On ressent encore beaucoup de colère envers son mari et de jugement(notamment sur sa dépression) aussi et finalement des motivations pas expliquées (peut être par pudeur) avec la mise en avant du coté financier mais pas de l’amour. Je pense que chaque être humain vit des hauts et des bas dans sa vie, et c’est triste de savoir que quand les gens vivent des bas on les laisse de coté car ils ne nous apportent plus rien à l’instant T 🙁

    Bon courage à vous

    • Hello !
      Effectivement un “contre-avis” serait nécessaire pour vraiment comprendre la situation.
      Mais c’est bien là tout le principe du témoignage.
      On a bien souvent qu’une seule version de l’histoire et sans prendre parti pour qui que ce soit, je pense que si “Sabrina” a réagi de cette façon c’est qu’elle avait ses raisons 🙂

      Merci à vous pour votre commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *