10 formidables idées de lecture pour cet automne ou plus tard…

Publié sur

Oui cette fois on peut le dire, les beaux jours sont bel et bien dans notre dos pour cette année 2021, et l’automne a bel et bien débarqué sur le pas de nos portes et dans le mercure de nos thermomètres ! Il est donc l’heure, comme chaque année, de se retrouver bien au chaud, chez soi, dans le confort du cocon de son petit logis et de passer du temps à cuisiner, à bricoler, à organiser sa maison, et à lire bien entendu ! En effet, si l’été est une saison privilégiée pour la lecture, notamment pour les heures de bronzette passées à lézarder sur la plage un livre en main, dès l’automne venu, les études le prouvent, un large public qui ne pratique pas la lecture le  reste de l’année, se tourne vers les nouveautés littéraires ou bien plus simplement vers des classiques d’auteurs illustres de notre patrimoine. Au cours de ce contenu, sans forcément chercher à vous donner des tendances qui collent pile poil avec la rentrée littéraire, nous préférons vous amener à éclater votre lecture, et nous vous proposons donc une dizaine d’œuvres qu’il faut avoir lues si ce n’est pas déjà le cas. Notre sélection est bien entendu parfaitement subjective et uniquement basée sur nos propres goûts, si bien que sur les 10 livres que nous allons vous proposer, il se peut que certains ne vous emballent pas complètement. Au demeurant, nous avons néanmoins cherché à ce que nos propositions soient relativement hétéroclites, de sorte que plusieurs d’entre elles vous plaisent, et que vous puissiez effectivement passer votre automne à découvrir des univers que vous n’êtes pas près d’oublier. À vos marques pages, prêts, lisez !

Livre ouvert sur une table avec une tasse de café et une paire de lunettes

Encore une fois, c’est tout à fait subjectif et parfaitement assumé, nous avons décidé de ne pas nous cantonner à un seul courant ou style littéraire, à une seule époque voire même à un seul auteur, dans la perspective de pouvoir proposer des œuvres qui vont plaire au plus grand nombre.

Certains d’entre vous auront à cœur d’acheter directement les livres dont nous allons vous parler, d’autres iront plus prosaïquement à la bibliothèque pour les emprunter et les dévorer avant de les rendre ; peu importe au fond, l’essentiel étant de lire et non de posséder un livre pour caler les pieds de la table de chevet, n’est-ce pas ?

Le Petit Prince, d’Antoine de Saint Exupéry paru en 1943

Le Petit Prince est une merveille absolue, un incontournable à côté duquel passer revient à se priver d’un bout de soleil dans la vie, ni plus ni moins… Ce livre est un véritable petit conte philosophique tissé de jolies couleurs et baigné d’optimisme, cette œuvre est absolument intemporelle et inimitable, elle dépeint des aventures magiques qui vont passionner toutes les tranches d’âges. Nous en avons bien conscience, il va de soi que la plupart d’entre-vous ont déjà lu, enfant, ce merveilleux ouvrage, mais ne sous-estimez pas le plaisir que vous pourriez bien ressentir en redécouvrant, avec vos yeux d’adultes, la rencontre avec le monarque, le buveur, le businessman, la rose, l’allumeur de réverbères ou encore le géographe ou le renard…

Comme toute personne qui a déjà fait la rencontre de cette œuvre majestueuse, il est certain que vous en conservez certains souvenirs plus ou moins nets, mais il y a aussi très fort à parier que vous en avez oublié quelques morceaux de choix…et c’est notamment pour redécouvrir ces petits chaînons manquants que nous nous permettons de glisser ce véritable chef d’œuvre d’Antoine de Saint Exupéry dans notre liste…

Ne boudez pas votre plaisir, et profitez-en pourquoi pas pour faire la lecture à vos enfants, à vos neveux, vos nièces, à vos petits-enfants…

Le Petit Prince, a été vendu à plus de 145 millions d’exemplaires de par le vaste monde , (avec notamment plus de 12 millions de volumes rien qu’en France), il a été traduit en 270 langues et dialectes (pour l’anecdote, sachez que des éditions en braille existent aussi…), et il est tout simplement parmi les plus vendus au monde et le plus traduit après la Bible et le Coran !

N’hésitez pas à partager le Petit Prince d’Antoine de Saint Exupéry, c’est un véritable puits d’amour auquel venir s’abreuver n’apporte que du bon et des souvenirs qui ne seront pas près de disparaître, nous vous le garantissons !

La vie mode d’emploi, de Georges Pérec, paru en 1978

C’est au cours de l’année 1978, après plus d’une dizaine d’années de travail dessus, que Georges Pérec accouche enfin de cette œuvre majeure de plus de 600 pages, de 99 chapitres, et de ses 2000 et quelques personnages… A n’en pas douter, La vie mode d’emploi a marqué son époque, et aujourd’hui encore, ce livre est culte et continue de rencontrer une succès qui ne se dément pas… 

Au fil de ce livre majestueux et passionnant, l’auteur ambitionne rien moins que de “croquer” ce qui fait l’humanité (tout du moins en partie), dans nos sociétés qui versent parfois dans l’incohérence absurde.

Nous n’allons pas chercher à vous faire un résumé de tout ce qui est évoqué au fil des pages et de tous les thèmes autours desquels s’articule le contenu, et d’ailleurs, nous n’allons même pas nous y risquer, cela vous permettra d’avoir une surprise totale en  plongeant tout de go dans l’ouvrage, un peu comme on se jette dans un fleuve au débit aussi tranquille qu’inexorable…

Sachez seulement que l’auteur, afin d’avoir une approche visuelle et un cadre bien délimité, prend le partie de nous fixer dans une sorte de tableau, qui représente un immeuble en coupe, avec ses habitants à l’intérieur. La vie semble ainsi comme figée dans un moment précis, et c’est là tout le génie, presque cinématographique de Pérec. On raconte que bon nombre de réalisateurs se sont inspirés de cette mise en scène extrêmement intelligente pour le visuel de leurs longs métrages, Jean Pierre Jeunet en tête !

Nous n’allons pas vous en dire davantage, et il va vous falloir venir voir d’un peu plus près cette peinture vibrante, afin de vivre les tranches de vie de ces gens qui la peuplent…

Une œuvre qui marque et laisse la plupart du temps des souvenirs qui restent. Un livre écrit dans un style qui est propre à Pérec, d’une beauté presque désuète et d’une justesse à fleur de peau…

Livre ouvert devant deux piles de livres en arrière plan.

L’Alchimiste, de Paolo Coelho, paru en 1988

Le livre L’Alchimiste est un conte philosophique extraordinaire qui a eu un retentissement mondial dès sa sortie au Brésil en 1988. Pour l’anecdote, le succès a mis plus de temps à se dessiner chez nous en France, puisqu’il n’a été traduit dans la langue de Molière qu’en 1994 (par un certain Jean Orecchioni).

A ce jour, les ventes de ce merveilleux ouvrage sont estimées à plus de 80 langues différentes, ce qui vous donne une idée de sa portée auprès du grand public et de l’impact qu’il a eu sur le monde !

Ce qui a sans aucun doute séduit le lectorat, outre la portée philosophique et métaphysique du propos, c’est son optimisme tranché, absolu et la simplicité du langage utilisé, qui rend la lecture aussi facile et fluide que captivante. Vous allez passer de très bons moments à errer sous la frondaison moite de cette jungle luxuriante, à hanter les sous-bois comme un esprit libre et à entrevoir la réalité au crible de filtres bien différents de ceux que vous fournissent vos simples yeux, chaque jour que Dieu fait…

L’histoire développée par l’auteur, bien entendu, propose plusieurs niveaux de lecture, si bien que ce livre est autant plébiscité par les jeunes qui le rencontrent, que par les plus anciens qui l’ont parcouru il y a des années… Il fait par ailleurs partie de ces ouvrages qui peuvent parfaitement rester près du lit ou sur la table de nuit toute une vie durant ou presque, car s’y replonger de temps est tout bonnement un régal.

Si vous cherchez une œuvre qui verse peu ou proue dans le développement personnel (mais sans en avoir l’air…), sans pour autant avoir un ton qui donne dans le nombrilisme ou l’égocentrisme, alors nul doute que L’Alchimiste est une œuvre qui va vous parler et vous changer la vie.

La Horde du Contrevent, de Alain Damasio, paru en 2004

Cette œuvre que nous allons évoquer à présent est un véritable OVNI littéraire, et il nous  vient de France, avec cet auteur incroyable que Alain Damasio… Si vous ne connaissez pas, alors précipitez-vous sans attendre, cet écrivain mérite d’être lu, croyez-nous sur parole.

Publié en 2004, et sorti accompagné par un petit CD bande-son qui reprend certains passages du livre (musique de Arno Alyvan), ce roman fantaisiste est un petit joyau à côté duquel il serait bien dommage de passer sans s’y arrêter pour humer le mot…

Un peu à la façon de l’Odyssée d’Homère, en déclinant des étapes bien marquées, des épreuves nettes, l’auteur nous plonge dans un récit épique qui raconte le cheminement d’une horde de 23 personnages, qui remontent le vent afin d’en découvrir la source…

Au cours du déroulé du récit, vous allez apprendre à découvrir chacun des membres de cette horde, car chacun y a un rôle bien défini, en fonction de l’apprentissage qu’il ou elle a reçu en amont, avant de se lancer dans l’aventure… De fil en aiguille, vous allez découvrir les états d’âmes de ces personnages hauts en couleurs, complexes, et tellement attachants… Vous allez également parcourir les contrées et les paysages si pittoresques de ce monde balayé par les vents qui ressemble au nôtre, mais qui ne l’est pas vraiment…

Conte épique autant que philosophique, condensé d’aventures et d’actions rondement transcrites et menées, il est difficile de situer cet ouvrage, tant il sort du lot et s’oriente de façon parfaitement singulière, pour trouver les angles d’attaques rêvés face aux lecteurs que nous sommes… 

Alain Damasio réussit l’exploit de nous faire réfléchir avec des mots qui lui sont propres, puisqu’il s’amuse à créer des mots et des termes complexes en parvenant à nous convaincre que nous les connaissons déjà… Cette technique parfaitement maîtrisée contient de la magie à chaque coin de page et ce roman est inimitable, à tel point  qu’il en est intraduisible tant il révère sa propre langue et ne peut pas être adapté en anglais ou en espagnol par exemple…

La Métamorphose, de Franz Kafka, 1915

Voici un livre qui plaira tout spécialement à toutes celles et à tous ceux qui ne sont pas forcément friands de gros pavés de 800 ou de 1000 pages, en tout petits caractères ! Pour faire simple, il s’agit d’une nouvelle écrite en 1912 (et qui ne fut publiée que 3 ans plus tard). Ce n’est pas donc une lecture qui va vous prendre des mois et des mois, d’autant plus que l’histoire en elle-même, bien qu’assez surréaliste, c’est le moins que l’on puisse dire, n’en demeure pas moins haletante de bout en bout…

Sans pour autant déflorer grand-chose de cet incontournable de l’écriture de l’absurde et du drame pur, ce récit va vous plonger dans la vie d’un représentant de commerce modeste, qui vit avec sa famille et qui se réveille un jour…

Il n’y a pas besoin de vous poser la question de savoir pourquoi cette nouvelle fait partie des histoires les plus lues, les plus commentées et les plus adaptées de l’histoire, laissez-vous simplement aller à la curiosité de vous procurer ce livre et d’en entrouvrir les premières pages afin de les parcourir…

Pour de très nombreuses personnes, cette nouvelle est   un livre de référence, un livre de chevet que l’on se plaît à rouvrir de façon très régulière, simplement pour en parcourir un passage et se ré-imprégner de cette atmosphère kafkaïenne, si singulière et épaisse.

Les quatre accords toltèques, de Don Miguel Ruiz, paru en 1997

Ce livre unique et que vous n’êtes pas près d’oublier une fois que vous l’aurez lu rencontre un franc succès dans le monde entier, puisqu’il a été traduit en pas moins de 46 langues, excusez du peu !

Les quatre accords toltèques a été écrit par un auteur mexicain répondant au nom de Don Miguel Ruiz. A  peine sorti, il est très vite devenu un véritable best-seller dans les pays  anglophones (plus de 9 millions de ventes aux USA) et hispanophones, puis a ensuite été adapté en français (en 1999) et dans de très nombreuses autres langues.

Cet ouvrage est dédié au développement personnel et part du principe que pour avoir une vie heureuse et épanouie, le plus important est de respecter certains accords que nous faisons avec nous-même ; ces accords sont au nombre de 4 (un 5ème a été ajouté plus tard, en 2010, avec la sortie du « Cinquième accord toltèque » : Soyez sceptique, mais apprenez à écouter) :

– ne jamais faire de ce qui vous échoit une affaire personnelle

– toujours faire de son mieux (sans obligation de réussite au demeurant…)

– ne pas faire de suppositions (clarifier toute situation en posant des questions par exemple…)

– avoir une parole impeccable (envers soi-même et envers les autres…)

Ce qui est absolument garanti, n’en doutez pas, c’est que la lecture de ce fabuleux guide, car c’en est un, vous fera le plus grand bien et vous permettra de méditer sur certaines de vos habitudes et sur certains mécanismes qui dictent votre vie au quotidien.

>> Garder le moral en automne <<

Alors que nous basculons dans un moment de l’année durant lequel le moral n’est pas forcément au plus haut (car l’automne, reconnaissons-le, c’est souvent le cas malheureusement…), « Les quatre accords toltèques » vous apporteront ce petit coup de fouet intérieur, cette chiquenaude positive, cette petite claque d’amour dont vous avez besoin… Nul doute, nous prenons les paris, que lors des prochains repas en famille ou entre amis, vous allez parler de ce livre aux autres convives et leur en conseiller la lecture, car il apporte vraiment des choses positives dans la vie de chacun  de ses lecteurs.

La familia grande, de Camille Kouchner

Si vous vivez sur Terre, et plus spécifiquement en France, il faudrait vraiment avoir vécu déconnecté de l’actualité pour ne pas avoir entendu parler de l’affaire Kouchner, qui a secoué les médias et la société française au cours de l’hiver et du printemps.

Cet ouvrage est un témoignage sans concession qui n’épargne rien, ni le lecteur, ni les protagonistes de l’histoire et qui permet à son autrice de poser des mots sur un passé dont rien ne suggérait l’ignominie, de prime abord, comme quoi…

C’est ainsi que vous allez pouvoir comprendre comment une famille de la petite bourgeoisie (la famille Kouchner, qui a pignon sur rue…), à qui tout ou presque semble réussir, peut dissimuler des drames terribles et des pratiques écœurantes aux yeux de toutes et de tous. Il n’est jamais facile de traiter de ce type de sujet, tant tomber dans l’impudeur ou verser dans le pathos sont deux écueils qu’il est difficile d’éviter, néanmoins la mission est accomplie haut la main dans cet ouvrage et même si chaque page n’est pas forcément une délicieuse envolée lyrique toute en légèreté, il n’en demeure pas moins que ce livre est globalement tout à fait réussi et fait réfléchir à tout un tas de choses.

Dès sa sortie en janvier 2021, La familia grande s’est de suite imposé comme une des meilleures ventes et représente une sorte de symbole pour toutes celles et tous ceux qui n’ont pas eu le courage de sortir du silence, alors qu’elles ou ils ont vécu, plus jeunes, les affres de l’inceste et du viol en famille.

Soyons clairs et honnêtes, ce livre ne vous vaudra pas des songes sucrés édulcorés et rassurants, mais il ne manquera pas de vous marquer de par son réalisme cru, qui ne s’accorde pas la moindre concession ou le moindre compromis.

Livre ouvert sur un lit

L’histoire de France vue par San Antonio, de Frédéric Dard, paru en 1964

Celui qui n’a jamais lu un livre de Frédéric Dard, ne peut raisonnablement pas passer à côté de cette réédition, ne serait-ce que pour toucher du doigt ce qui se fait de mieux en matière de transgression littéraire et de verbe un peu vert, pour le dire joliment ! 350 000 exemplaires vendus dès l’année de sortie, ce livre est un excellent moyen de découvrir l’auteur, si ce n’est pas encore le cas pour vous.

Comment définir Frédéric Dard, afin de vous donner envie… ? Et bien dites-vous que si vous êtes sensibles au dialogues ‘made in’ Audiard dans certains films qui sont restés dans les annales, alors n’hésitez pas une seconde et foncez vous procurer L’histoire de France vue par San Antonio. Nous vous garantissons que vous ne le regretterez pas et que vous allez découvrir tout un pan de la langue française (ce qui se fait de mieux en matière d’argot pour commencer…), que vous ne suspectiez pas, c’est certain !

Pour celles et ceux qui n’en ont pas la moindre idée, sachez que le commissaire San Antonio est le personnage principal des livres de Frédéric Dard, et au cours de cet ouvrage toujours aussi truculent, il va être amené à revisiter l’histoire de France auprès de son partenaire d’enquête, le fameux Bérurier.

Le contenu de cette histoire de France revisitée est absolument jouissif et présente des rebondissements rocambolesques qui vous arracherons rires et sourires en veux-tu en voilà ! Peu importe votre âge, et cela vaut aussi pour les adolescents, Frédéric Dard saura saisir votre attention et faire fleurir en vous un véritable printemps du français, tant par ses figures de styles incomparables que par ses métaphores plus saillantes et plus métaphoriques les unes que les autres…

Cette lecture est à la fois légère, au niveau de la cuisse notamment, puisque frivole comme nulle autre, mais également très intéressantes pour celles et ceux qui veulent aiguiser la pointe de leur langue et approfondir leur maîtrise de l’argot, qu’il soit traditionnel ou qu’il tienne purement et simplement de néologismes.

Une des grandes forces de l’auteur, comme toujours avec Frédéric Dard, c’est de nous embarquer dans des histoires avec ses mots à lui, dont certains n’existent pas, mais en nous faisant pourtant croire que nous les avions déjà dans notre vocable de tous les jours !

Les larmes d’Icare, de Dan Simmons, paru en 2021

Dan Simmons est un auteur américain qui n’a plus besoin de se faire un nom, tant ses œuvres passées parlent pour lui et témoignent d’un talent hors norme ! Auteur de la célébrissime saga d’Hypérion (Hypérion, en 1989, La Chute d’Hypérion, en 1990, Endymion, en 1995, et l’Éveil d’Endymion, en 1997), qui fait figure de cycle cultissime au même titre que le Dune de Frank Herbert ou que le Fondations de Isaac Asimov (rien que ça!), auteur aussi de l’Échiquier du Mal en 1989, de l’Homme Nu en 1992, de l’Épée de Darwin en 2002 parmi tant d’autres, il nous revient cette année avec Les larmes d’Icare, qui est de nouveau une réussite absolue !

Le livre raconte l’histoire d’un certain Richard Baedecker, un astronaute qui a foulé le sol de la Lune lors des missions Apollo et qui en a développé une sorte de transcendance intérieure qui le fait se sentir un peu dans la peau de l’Albatros de Baudelaire lorsqu’il est sur Terre. Dan Simmons est connu pour avoir un style vraiment fleuri et une profondeur qui rivalise avec les tous meilleurs auteurs de SF du 20ème siècle, et encore une fois, il nous en fait une démonstration éclatante avec cet ouvrage haletant de bout en bout.

L’auteur nous permet d’entrevoir une autre facette de son incroyable talent en se penchant sur les conflits internes d’un homme submergé par son destin et par son vécu. Un homme qui a toutes les peines du monde pour retrouver le goût du quotidien et des petites choses de la vie, un homme qui, de manière assez irrationnelle, ne parvient tout simplement plus à jouir du présent avec la même absoluité que celle qu’il a ressenti lorsqu’il a foulé la surface lunaire… Pourquoi… et comment cela est-il possible pour un Terrien de nature ?

Premier sang, de Amélie Nothomb, paru en 2021

La nouvelle vient tout juste de tomber ces derniers jours, Premier sang remporte le fameux prix Renaudot, mais nous tenons à préciser que ce n’est pas cette dernière distinction qui lui vaut sa place dans notre sélection de 10 livres. En effet, nous tenions à mettre en avant la formidable plume de la Dame au Chapeau, qui collectionne les best-sellers et qui nous propose des histoires incroyablement bien écrites depuis Hygiène de l’assassin en 1992. Et il aurait donc été dommage de ne pas vous parler de ce dernier livre, qui encore une fois tutoie les sommets et démontre à quel point la maîtrise littéraire de Amélie Nothomb est totale.

Dans ce dernier roman, la très talentueuse autrice se penche sur un personnage central de sa vie, qui jusqu’alors n’avait pas été souvent cité, ni décrit dans le détail, à savoir son père, Patrick. Il faut savoir que ce dernier est décédé en mars 2020, ce qui correspond au premier jour du tout premier confinement connu par la France et à partir de là, dans ce contexte si particulier et délétère,  Amélie sera tenue de rester chez elle, sans pouvoir ni se recueillir sur sa tombe ni saluer sa mémoire…

Voilà en gros ce qui peut représenter le postulat de départ de cet ouvrage extrêmement sensible teinté d’une mélancolie touchante. Un livre tout particulièrement réussi qui décrit sous la forme d’un conte, comment cette blessure initiale de la perte de son père se transforme, mute et devient autre chose à mesure que le temps passe.

D’une certaine manière, Amélie Nothomb nous propose donc une sorte d’hommage sobre, tout en humilité et en pudeur, à ce que peut représenter la figure paternelle. Il y a de fortes chances pour que vous ne sortirez pas indemne de cette lecture, et Amélie Nothomb, une nouvelle fois, fait montre d’un style et d’une plume tout simplement inimitables.

signature

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Précédent
Tout savoir sur le CBD
10 formidables idées de lecture pour cet automne ou plus tard…