Interview de Beth Carlington – Le vol de la poussière de fée

6

A l’occasion de la sortie de sa deuxième nouvelle, que j’ai récemment lue pour mon blog, j’ai le plaisir de vous présenter une interview de Beth Carlington. Le concept est assez original, ce sont plusieurs petites nouvelles qui se suivent. Si vous voulez lire la chronique que j’ai faite sur mon blog pour cette occasion c’est ici !

Avant de commencer voici une petite présentation de l’auteure pour que vous en sachiez un petit peu plus !

J’ai 33 ans, bientôt 34. Je vis en Bretagne depuis 8 ans maintenant, mais je suis du sud-ouest à l’origine. J’ai 4 enfants dont 1 en bas âge et 1 handicapé léger. Autant dire que je n’ai pas beaucoup de temps à moi. J’écris depuis bientôt 20 ans. Mais sérieusement depuis une dizaine d’années, d’abord de la fanfiction et depuis 3 ans des choses inédites. Je peints, je dessine, je lis beaucoup aussi.

Moi : Tu écris depuis longtemps, qu’est ce qui t’a donné envie d’écrire ?

Beth Carlington : Je n’avais pas envie d’écrire au départ mais j’ai une imagination débordante. Il fallait que je me débarrasse de tout ce qui me traînait dans le crâne. Alors au début, on ne peut pas dire que c’était très lisible puis à force, on s’améliore et un jour on vous dit “Dis donc c’est chouette, c’est toi qui a écrit ?”  Du coup, on se dit que ça vaut peut-être la peine de partager… Et on tombe dans un cercle vicieux. Car plus j’écris et plus des idées me viennent, parasitant ce que je suis déjà en train d’écrire. Il m’est très difficile de finir un texte tant j’ai plein d’autres idées qui me viennent en même temps. Pour te donner un exemple, j’ai à l’heure actuelle 8 projets d’écriture en cours.

Moi : Eh bah ! Mais d’où te viens toute cette imagination et inspiration ?

Beth Carlington : De partout ! Une musique, une pub, une série télé, Baby TV même ! C’est peu dire. Cela peut-être une réflexion faite à table… N’importe quoi ! Une personne croisée dans la rue… Des livres que je lis… Des trucs que je mange des fois ! J’ai eu une idée de fanfiction en mangeant une glace une fois !

Le vol de poussière de fée

Moi : Ha oui effectivement ! Pour ta série de roman Le vol de la poussière de fée, comment as-tu imaginé cette histoire ?

Beth Carlington : Celle là est particulière. Je voulais écrire un policier fantastique. J’ai fait plusieurs tentatives avant de créer Silas qui est le personnage principal de l’histoire puis le reste est venu tout seul.

Moi : Dans ton livre, les fées ont une image assez négative par rapport au personnage principal, pourquoi les avoir représentées comme ça ?

Beth Carlington : Par esprit de contradiction ! Ma fille est une fan absolue de la fée clochette et c’est très mignon tout ça mais j’aime le côté lutin/farfadet/korrigan des légendes celtiques qui sont à l’origine de nos mythes sur les fées. Elles sont beaucoup moins gentilles. Ce sont des peuples farceurs, voir carrément hostiles pour certains. Dans le sud-ouest, on a des légendes de fées des eaux qui attirent les jeunes gens dans les marais pour les tuer. Je suis une fan d’histoires de mythes et de légendes.

Moi : Je vois, c’est ta vision de la fée, pourquoi as-tu choisi de faire une série de nouvelles au lieu d’un seul gros roman ?

Beth Carlington :  Eh bien parce que généralement j’ai du mal à les finir et je suis beaucoup plus à l’aise avec le format court. Cela finira en gros tome à terme puisque je prévois de réunir toutes les nouvelles dans un même ouvrage papier. Mon format de prédilection c’est la nouvelle, j’ai énormément écrit en format web-série avec les fanfictions donc ça me paraissait naturel de continuer comme ça. J’ai un roman cyberpunk sur Wattpad, que je publie morceau par morceau aussi, alors qu’il n’est même pas terminé !

« Un livre ne vit pas seul ! C’est comme un enfant !

Il faut le materner, l’accompagner et le laisser faire ses premiers pas”

Moi : C’est plus facile de finir une nouvelle c’est sûr qu’un roman de 200 pages. Tu es donc auto éditée, ce n’est pas trop difficile ?

Beth Carlington : Oui et non. Oui parce qu’il faut tout faire soi-même. La mise en page, la mise en ligne, la pub… Ça prend beaucoup de temps, plus que je voudrais mais cela me laisse une liberté totale. Je ne suis pas soumise aux contraintes de l’édition. J’ai envoyé cette nouvelle à une seule maison d’édition avant de faire le choix de l’auto-édition. J’ai attendu deux semaines pour voir si j’avais une réponse alors que je sais que cela peut être beaucoup plus long ! Puis je me suis mise à l’auto-édition, je ne suis pas patiente. Cela me perdra peut-être car si, au final j’ai une réponse favorable, je serais obligée de leur dire non parce qu’avec cette idée de web-série sur Kindle, je me suis engagée auprès des lecteurs que j’ai déjà. J’aurais l’impression de les trahir en fait si je passais dans l’édition normale. J’ai beaucoup de travers mais je suis d’une loyauté sans faille envers mes lecteurs. Mes textes ne vivent que par eux alors je ne me laisse pas le droit de trahir leurs attentes. Cela m’est déjà arrivé du temps où j’écrivais des fanfictions. Je n’ai pas fini certains textes, par manque d’idée pour finir généralement, mais je me sens encore mal de cet abandon.

Moi : Je vois, c’est bien que tu continues sur cette lancée. Si tu avais un conseil pour les gens qui veulent se lancer dans l’auto-édition que leur dirais-tu ?

Beth Carlington : De bien préparer leur travail et de foncer ! De ne pas compter les heures, de faire leur pub, d’aller proposer leur bébé aux blogueurs, aux journalistes. Un livre ne vit pas seul ! C’est comme un enfant ! Il faut le materner, l’accompagner et le laisser faire ses premiers pas. C’est long, ça prend du temps, des fois, on peut se décourager mais surtout ne pas baisser les bras !

Moi : Oui ça peut être dur les premiers pas d’un livre. As-tu d’autres choses à ajouter ?

Beth Carlington : D’abord merci parce que les chroniques et les interviews sont des mains tendues qui aident le livre à avancer. Et aux lecteurs : n’hésitez pas à aller fouiller parmi les nouveaux auteurs ! Qui sait qui sera la prochaine Rowling ou le prochain Martin !

 

Si vous souhaitez trouver le livre de Beth Carlington  vous pouvez le trouver ici !

Je remercie l’auteure de m’avoir accordé un peu de son temps, et d’avoir répondu à mes questions ! 

 

[Total : 1    Moyenne : 5/5]

La musique et la lecture sont ses principales passions. Elle est une dévoreuse de livre, mettez lui un livre sous le nez et il disparaît tout de suite! Le rock fait également partie de sa vie, sa bouffé d'air frais ? Ce sont les concerts bien sur !

Discussion6 commentaires

Leave A Reply