Être malade quand on n’a pas d’enfant VS être malade quand on a des enfants !

etre-malade-avec-sans-enfants

Être malade, ça arrive à tout le monde, grippe, angine, gastro, les joies de la collection automne/hiver… Mais on n’est pas tous logés à la même enseigne : quand on a des enfants, être malade prend une toute autre dimension !

 

Prendre un rendez-vous chez le médecin

  • Quand on n’a pas d’enfant : c’est simple, rapide, efficace.

« – Bonjour, serait-il possible d’avoir un rendez-vous aujourd’hui, j’ai de la fièvre et terriblement mal à la gorge.

– Mais bien sûr, il y a une dispo à 16h.

– Ok je prend merci beaucoup. »

  • Quand on a des enfants : ça devient beaucoup plus compliqué !

« – Bonjour, serait-il possible d’avoir un rendez-vous aujourd’hui, j’ai de la fièvre et terriblement mal à la gorge.

– Mais bien sûr, il y a une dispo à 16h.

– Ah, 16h , je ne peux pas, je dois aller chercher les enfants à l’école.

– Alors je peux vous proposer 17h15.

– Mince 17h15, c’est la sortie de l’escrime, je ne vais pas pouvoir non plus.

– Dernière possibilité pour aujourd’hui 19h.

– Arf, c’est l’heure du repas, ça va être trop compliqué… »

Passer à la pharmacie

  • Quand on n’a pas d’enfant : là aussi, c’est simple, on sort de chez le médecin, on se rend dans la première pharmacie du coin, on donne l’ordonnance et les papiers nécessaires, on attend quelques minutes et on récupère notre petit sachet. Temps passé = 5 minutes, 10 s’il y avait quelqu’un avant.
  • Quand on a des enfants : si on a de la chance et une pharmacie bienveillante qui fait drive, ça peut être simple et rapide aussi. Mais c’est encore rare… On se retrouve plus souvent dans le genre de situations interminables, où on navigue entre le comptoir et les rayons, là où les plus petits sont en train de tout retourner. On donne l’ordonnance, les papiers, on retourne voir ce qu’ils font, le grand joue aux legos, les petits les dispersent partout, on attend, on récupère son sachet, on tente de ramasser les legos par terre, on essaye de décrocher le grand de la table de jeu, on se fâche, on s’épuise, les petits sont repartis dans les rayons, on va les rattraper, le grand est retourné jouer… Temps écoulé : 20 minutes, 30 s’il y avait quelqu’un avant.

Avoir mal à la tête

  • Quand on n’a pas d’enfant : Dans cette situation, en plus de paracétamol, le silence, le calme et l’obscurité sont des facteurs d’atténuation de la douleur. On s’étale sur le canapé ou au lit, on ne pense à rien.
  • Quand on a des enfants : le calme et le silence n’existent pas ou très peu ! Les enfants, rient, crient, sautent, veulent jouer, se bagarrent, s’ennuient, se plaignent… Tout un tas de facteurs qui même sans être malade donnent mal à la tête !

Avoir mal à la gorge

  • Quand on n’a pas d’enfant : rien de plus simple que de faire vœu de silence. Ne plus prononcer un mot pour économiser sa voix, se faire une marmite de soupe et ne manger que ça de toute la semaine.
  • Quand on a des enfants : Impossible de reposer sa voix et sa gorge. Avec des enfants il faut toujours expliquer, négocier, râler, crier, chanter, raconter des histoires, et de la soupe toute la semaine, vous n’y pensez même pas !

Avoir la gastro

  • Quand on n’a pas d’enfant : ça se résume en trois idées : vomir, se vider, faire la loque bien emmitouflé dans un duvet.
  • Quand on a des enfants : ça ne se résume pas si vite car la gastro c’est contagieux… très contagieux. Donc c’est plutôt : vomir en chœur, à deux dans les toilettes ou sur le bord de la route en revenant de chez le médecin -oui oui c’est du vécu, avec chacun de mes deux fils, un pur bonheur, ça créé des souvenirs hors du commun !!! Et bien sûr impossible de faire la loque puisqu’il faut nettoyer les bassines de la maison qui se remplissent (on ne sait comment puisque personne ne mange), les toilettes, les mains des enfants, les vêtements, les draps… Aucun répit n’est envisageable jusqu’à la disparition du virus.

Se soigner/se reposer

  • Quand on n’a pas d’enfant : comme on a eu un rendez-vous rapidement chez le médecin, qu’on est passé à la pharmacie, et qu’on peut se reposer, au calme, tranquillement, on se rétablit assez vite. En plus, on peut utiliser les remèdes de grand-mère, le fameux grog par exemple et hop, requinqué direct !
  • Quand on a des enfants : c’est long et fastidieux. Pas moyen de se reposer correctement et quand on n’oublie pas la moitié de son traitement à force de devoir gérer tout un tas d’autres choses, c’est une chance ! Et pas le droit au grog quand on allaite ! Du miel et du citron tout au plus. Il y a quand même un petit plus quand on a des enfants, qu’on est au fond du gouffre et en pleurs, c’est quand un de vos petits, tout rempli d’empathie, vous console « ça va aller maman, ze vais te ssssoiner » , sa mallette de docteur à la main… ça met du baume au cœur et ça, on ne le trouve pas en pharmacie !

être malade avec des enfants

Je rédige cet article suite à deux semaines d’une angine douloureuse et épuisante, combinée avec une gastro en famille avec 4 membres de la famille sur 5 atteints. Il ne me reste donc qu’une chose à dire pour conclure cet article, sortez couverts ! – à comprendre dans le sens qui vous convient 😉

[Total : 2    Moyenne : 5/5]
More from maman_pleurote

Lecture de parents

Quand on est parent, le mieux est de suivre son instinct en...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *