Gagner la guerre – Jean-Philippe Jaworski

0

Aujourd’hui je vous embarque dans un roman de fantasy, Gagner la Guerre, de Philippe Jaworski, publié aux éditions Folio. En garde !

 

Dans ce premier roman de Jean-Philippe Jaworski nous suivons les aventures de don Benvenuto, le maître espion du podestat de Ciudalia, soit de l’homme le plus puissant de la République. Le récit est raconté à la première personne avec une plume d’une habileté qui ferait presque naître des complexes à ma plume novice. Chaque page est une mine d’or stylistique, de phrases alambiquées et pourtant claires, d’un vocabulaire parfois ordurier et pourtant habillé d’une subtilité dévastatrice.

Don Benvenuto est parfaitement détestable et pourtant je me suis surprise à m’attacher à cette ordure dans les terribles épreuves qu’il traverse. Cette proximité qui peut s’instaurer entre le lecteur et le protagoniste est notamment due au choix de la première personne mais aussi et surtout à l’usage qui est fait de celle-ci : l’auteur ne se contente pas de raconter l’histoire au « je » mais la fait écrire par la plume de son personnage qui interpelle à plusieurs moment « son » lecteur. Jawoski s’efface ainsi derrière la plume de don Benvenuto qui se laisse emporter dans ses belles formules et le récit de ses aventures.

gagner-la-guerre
Crédit photo : www.imaginales.fr

Le roman peut sembler décourageant de prime abord de par sa taille et sa densité. Il ne s’agit pas d’un de ces pavés qui ont tant d’allure dans une bibliothèque mais qui restent cependant écrits en une taille de police généreuse : les 978 pages sont bien remplies de belles phrases et d’informations. L’univers dans lequel se déroule l’intrique est très complexe et, dans la mesure où le protagoniste est impliqué dans des histoires politiques, celle-ci est largement développée ce qui peu perdre quelque peu le lecteur à certains moments. Mais rien d’insurmontable, il suffit de prendre son temps, et, croyez-moi, vous n’aurez de toute façon pas envie de lire ces pages à la va-vite.

Avertissement : le roman comporte des scènes de violence (gagner la guerre, ça sous-entend quand même qu’il y a de la guerre, n’est-ce pas?) et de viol.

« Gagner une guerre, c’est bien joli, mais quand il faut partager le butin entre les vainqueurs, et quand ces triomphateurs sont des nobles pourris d’orgueil et d’ambition, le coup de grâce infligé à l’ennemi n’est qu’un amuse-gueule. C’est la curée qui commence. On en vient à regretter les bonnes vieilles batailles rangées et les tueries codifiées selon l’art militaire. Désormais, pour rafler le pactole, c’est au sein de la famille qu’on sort les couteaux. Et il se trouve que les couteaux, justement, c’est plutôt mon rayon. » (Quatrième de couverture)

[Total : 1    Moyenne : 5/5]

La Sophie est une rédactrice Culture dans l'équipe de So Workin' Girls. Elle vous parlera de tout et peut-être même de n'importe quoi . Son alimentation est essentiellement constituée de livres en tout genre et de chocolat. Elle sélectionnera cependant des aliments de la famille des geekeries à lires et autres ouvrages faits de vignettes. En effet les belles images et les drôles de mots sont idéaux pour son métabolisme et sa croissance, bien que nous ayons des doutes quant à la possibilité qu'elle puisse encore grandir un jour. La Sophie est propre et a un poil sable très soyeux.

Leave A Reply